L’histiocytose maligne

Autre nom : Sarcome histiocytaire

L’histiocytose maligne est un type de cancer que certaines races de chiens vont développer de façon assez commune, et c’est malheureusement le cas du bouvier bernois. Certaines statistiques mentionnent que ce sont près de 20% des spécimens qui seront touchés au cours de leur vie. C’est sans conteste la maladie la plus dangereuse et la plus difficile à soigner pour votre cher ami.

Bouvier bernois pensif

Source: Christian Gidlöf sur Wikimedia Commons.

Les trois formes d’histiocytose

Cutanée : De petites nodules peuvent être détectées sur la peau de votre chien. Cette maladie ne présente pas beaucoup de risques et elle régressera souvent de façon spontanée.

Réactionnelle : À ce stade, le bouvier bernois peut souffrir d’un dérèglement du système immunitaire. Les manifestations les plus communes seront de fortes inflammations, y compris au niveau des yeux et de la peau.

Maligne : C’est cette forme d’histiocytose qui entraîne un cancer. La tumeur se répandra au sein des différents organes internes du chien.

À quel âge l’histiocytose maligne frappe-t-elle?

Il n’y a pas d’âge précis à laquelle il faut surveiller les symptômes du sarcome histiocytaire : la fourchette d’âge serait aussi large que de 2 à 10 ans. La moyenne d’âge des chiens touchés va donc aux environs de 6 ans.

La détection de l’histiocytose maligne

À ce jour, il n’est pas possible de réussir à prévenir l’occurrence de cette maladie pour votre bouvier bernois. Une lignée à l’apparence saine peut très bien engendrer un ou plusieurs chiots atteints.

Les symptômes de la maladie sont les suivants :

  • Une dégradation rapide de son état général de santé;
  • Une perte de poids;
  • Une perte d’appétit;
  • L’apparition de nodules (principalement détectable sous radio);
  • Dans certains cas, il peut y avoir de la fièvre, de la toux ainsi que des muqueuses pâles.

Peut-on la traiter?

Si elle est détectée assez rapidement, il est possible de faire appel à une batterie de traitements pour tenter de renverser la progression de la maladie. La vigilance des propriétaires de bouviers bernois est donc de mise!